Patrimoine Louestault

Louestault

Les mentions anciennes du bourg de Louestault datent du XIIème siècle (charte de l'abbaye de Gastines): Loistaut, Loestati. Ce nom pourrait être d'origine germanique. Au XIème siècle, Louestault était une chatellenie relevant de la baronnie de Chateauneuf, à Tours. Elle passa ensuite à l'aumônerie de la Collégiale de Saint-Martin de Tours qui la vendit le 15 mai 1588 à Pierre Molan, contrôleur et intendant général des finances.

Par la suite elle fut la propriété des familles du Gast, Bouault et de la Grue. Le bourg s'est développé autour de l'église paroissiale Saint-Georges.

En 1837, le percement de la route reliant Château la Vallière à Château-Renault créant un axe Est-Ouest (D54) transforma Louestault.

Les maisons qui composent le bourg sont réparties selon un axe Nord-Sud, et un axe Est-Ouest de l'église à la chapelle Saint-Côme. La structure des maisons est ancienne: la présence de pans de bois, de murs appareillés en moellons peut attester de périodes de construction s'étendant du XVIème siècle à la première moitié du XIXème siècle.

Une des plus intéressantes est la maison dite de "la Salle" située au carrefour de la route départementale 54 et la rue de l'église, qui conserve des éléments décoratifs du XVIème siècle. Au XVIIIème siècle, une demeure de notable est construite dans la partie sud du bourg: "La Rocheboiterie".

Certaines maisons ont été transformées partiellement dans la seconde moitié du XIXème siècle par l'ajout d'éléments de pierre de taille, corniches, placage de façades, encadrement des baies, alors que d'autres constructions entièrement en pierre de taille se développent à l'est du bourg.
Louestault a connu le plus fort taux départemental d'augmentation de la population lors du recensement de 1999. Son territoire est de 1645 ha dont le tiers est boisé et giboyeux avec la forêt de Gastines.

Le château de Fontenailles

À 1 km au sud du bourg s’élève Fontenailles. De ce château primitif construit au XIVe siècle subsistent, baignés par l’eau des douves, le vestige d’un bastion et une large tour cylindrique. La légende veut que Charles VII ait donné ce château à sa favorite Agnès Sorel (à l’intérieur du château, on retrouve un vitrail la représentant). Le château a été profondément modifié au milieu du XIXe siècle dans le style néo-gothique (la salle à manger est tapissée de cuir de Cordoue).

Depuis 1983 le château est occupé par un centre de rééducation professionnel, le CRP-ARPS de Fontenailles. Une magnifique chapelle construite vers 1888 remplace celle présente au XVIIème siècle. Elle est dédiée à Sainte Marguerite, patronyme de la propriétaire du château à cette époque. Des offices y sont célébrés jusqu’en 1950. La décoration et l’architecture y sont très riches. On retrouve cette décoration dans l'église Saint-Georges.

L'église

L’église Saint-Georges, édifiée au XIème et XVème siècle, possède encore une galerie extérieure en bois, située devant la façade qui porte le charmant nom de « caquetoire » par allusion aux discussions après la messe. À l’intérieur, un tableau représente Sainte Néomadie.

Cette sainte a la particularité d’être affublée d’une patte d’oie. Selon la légende, cette disgrâce physique fut demandée à Dieu par la sainte elle-même, afin d’empêcher son mariage avec un riche païen. On retient de cette église le magnifique pavage en céramique ainsi que les fresques restaurées par des artisans locaux.

La Mairie

Dans la salle du Conseil Municipal de la Mairie se trouve une superbe cheminée en pierres sur laquelle est peinte une scène champêtre du début du XVIIIème siècle.

Publié dans Patrimoine.